L’article “Application de la photogrammétrie à la documentation de l’art rupestre, des chantiers de fouilles et du bâti” par Magail, J. et al. publié dans le Bulletin du Musée d’Anthropologie Préhistorique de Monaco

Reconstitution virtuelle de la Stèle S10 de Ulaan Ushig – Mongolie

Téléchargez le pdf: ici.

L’article “Application de la photogrammétrie à la documentation de l’art rupestre, des chantiers de fouilles et du bâti” par Magail, J., Monna, F., Esin, Y., Wilczek, J., Yeruul-Erdene, C., Gantulga, J-O. (2017) vient dêtre publié par le  Bulletin Musée d’Anthropologie préhistorique de Monaco, n° 56, 69-92.

 Au cours de ses missions archéologiques sous la responsabilité de Jérome Magail, Musée d’Anthropologie préhistorique de Monaco ([email protected]), la modélisation 3D de plusieurs types d’objets a été testé. L’équipe a choisi la méthode photogrammétrique ‘Structure-from-Motion’ (SfM). La plupart des autres méthodes capables d’acquérir, à haute résolution, des objets et des paysages souvent complexes, sont très coûteuses et d’une portabilité difficile. En utilisant uniquement un appareil photo numérique de qualité grand public et une échelle sur le sol, l’utilisateur se déplace dans l’environnement, en prenant des photographies de la zone d’intérêt sous différents points de vue. Un logiciel spécialisé est ensuite utilisé pour reconstituer la géométrie des scènes. Des résultats obtenus sur l’art rupestre, des chantiers archéologiques et du bâti sont présentés. De telles données sont précieuses pour l’inventaire du patrimoine archéologique sur des terrains éloignés. Pour conclure, la production est comparée à celle obtenue à partir de la documentation archéologique classique.

Abstract.– During his archaeological missions the Museum of Prehistoric Anthropology tested the 3D modelling of several types of objects. His team chose the ‘Structure-from-Motion’ (SfM) method which works according the basic principle of stereoscopic photogrammetry, namely that 3D structure can be resolved from two or more overlapping, offset images. Most of other methods capable of surveying, at high resolution, often complex objects and landforms are very expensive and have a difficult portability. Using only a consumer-grade digital camera and a scale on the ground, the user moves through the environment, acquiring photographs of the area of interest from as many locations and perspectives as possible. Software is then used to reconstruct scene geometry. Results from example applications of the technique to engraving art, archaeological zone and architecture are presented. Such data are invaluable for the archaeological heritage inventory on difficult and remote field. To conclude, SfM output is directly compared with that obtained from a classic archaeological documentation.

Leave a Reply